Vidéo

Harcèlement scolaire

ins_200217_harcelement_01

Illustration : Maud Passini

Vous l’avez remarqué, nous entendons de plus en plus parler du harcèlement scolaire qui laisse parfois les adultes dans des situations très frustrantes sans toujours trouver l’interlocuteur bienveillant et compréhensif.

L’enfant peut évoquer des disputes, des chamailleries, que nous avons tous déjà rencontrées étant enfant. Il est alors difficile de mesurer si la situation relève d’une situation banale ou plus alarmante. Mais lorsque le sujet chez l’enfant devient récurrent, il est important d’écouter ce qu’il nous dit : il exprime une souffrance.

Voici déjà les trois points définissant le harcèlement :

  • Une personne ou un groupe commet des actes de violence intentionnelle : verbale, physique, psychologique.
  • Les actes de violence sont répétés dans le temps.
  • La personne victime de ces actes se retrouve isolée.

Le harcèlement scolaire est courant, près d’un enfant sur dix en souffre. Les conséquences peuvent être graves sur cette personne qui est isolée, comme pour l’auteur de ces actes.

La place de l’adulte est d’écouter et de recevoir la souffrance de l’enfant, bien qu’il soit très difficile pour un enfant de se confier à un adulte car il peut ressentir honte, culpabilité, peur de vivre des représailles… Pourtant ce n’est qu’avec l’aide d’un adulte qu’il sortira du harcèlement. L’adulte doit alors assurer à l’enfant qu’il est en sécurité et valoriser le courage d’avoir su en parler.

L’auteur du harcèlement, « l’agresseur » reproduit souvent un comportement dont il a été lui même victime, dans un autre contexte ou dans une autre école… Malheureusement l’enfant victimisé a parfois un point faible (timidité, difficultés scolaires, handicap physique) que l’autre a pu détecter pour « appuyer là où ça fait mal ». Alors que l’enfant qui harcèle a aussi une faiblesse, qu’il tente de dissimuler à travers ses actes : en prenant la position du « plus fort ». Faire prendre conscience à l’enfant victime de cela est déjà important.

Le cyber-harcèlement

Les réseaux sociaux sont vos pires ennemis… Entre Facebook, Instagram, Snapchat… Les enfants sont livrés à un monde sans lois, sans adultes; et vous parents, ne pouvez rapporter cela à l’école car cela dépasse le cadre scolaire. Jusqu’au moins l’adolescence, il est important que vous sachiez sur quels réseaux sociaux votre enfant va et a le droit de se rendre. Il est possible d’installer des logiciels de contrôle parental…

Enfin, pour les parents concernés, il est important de se pencher sur la question: « est-ce que mon enfant a déjà subit du harcèlement dans une autre école, avec un autre groupe d’enfants? ». Si oui, cela a peut-être fragilisé sa confiance en soi et il est important de la renforcer  pour lui permettre de s’armer et répondre à d’autres actes de violence. Car nous rencontrons des enfants qui changent d’écoles pour ce motif et qui subissent à nouveau des situations de harcèlement. Si vous êtes dans une impasse pour répondre à cette question, n’hésitez pas à consulter un psychologue : votre enfant a certainement besoin de retrouver confiance en lui pour pouvoir enfin se dire « je vaux autant que les autres et j’ai ma place dans cette classe/école ».

Formée en psychologie, Emmanuelle Piquet nous donne des clés devant l’impasse que peut représenter une situation de harcèlement scolaire…